14 juillet 2007

Calligraphes au fil des generations - Beijing, Chine

Notre première impression en pénétrant dans l'appartement de la famille de Ying fut un immense tableau qui traverse le mur de part en part. Qui a fait ça? C'est Ying, leur fille expatriée en France. Sur le mur d'en face, une photo en noir et blanc montre un vieillard entoure de deux personnes lui serrant la main, sourires extatiques figes par l'objectif: l'arrière grand-père de Ying, Qi Baishi, calligraphe considéré comme un trésor national.

SSC_0803SSC_0804 SSC_0806

SSC_0809Au centre de la pièce, la mère de Ying nous acceuille chaleureusement. Petite, la soixantaine, elle a acheté des coeurs de lotus dont nous dégustons les graines en papotant. Vicky, notre interprète, est l'amie d'enfance de Ying. Elle n'est pas revenue dans cet appartement depuis des siècles, mais de nombreux souvenirs y sont rattachés. - Et tu savais que Ying peignait? - Non, mais je l'ai vite découvert en venant chez elle!

En effet : dans cette même pièce sont présents 4 générations de peintres, ou trône au sommet l'arrière grand-père.

SSC_0781SSC_0780 SSC_0787

Après un court cours de calligraphie, nous appréhendons l'immense difficulté et la discipline que nécessite la calligraphie chinoise... La mère de Ying travaille des motifs, en crée aussi, perpétue ceux de sont grand-père. Un style familial s'en dégage, appuyé par un symbole très fort : le tampon de l'arrière grand-père, qui orne chacun des dessins de tous ses descendants, promesse que la mère de Ying a faite a son propre père.

Mais n'est-ce pas difficile de toujours assumer une affiliation aussi importante? - Non. Pourtant, c'est une responsabilité qui pourrait parfois être pesante pour une artiste? - Non. ... Difficile d'approfondir en ce sens... Difficile aussi de poser des questions sur le passe, notamment sur l'évolution de la place de l'artiste dans la société chinoise : la mère de Ying en est un témoin vivant. Mais passe, Révolution culturelle comme l'avant ou l'après Mao ne sont pas des sujets a aborder... Incompréhension ou pirouettes, elles sont évitées avec habilité.

SSC_0811Nous passons a la chambre, Ying est sur son ordinateur de l'autre cote de la planète, et chat avec sa mère qui était restée connectée. Ainsi mère et fille sont "branchées" et partagent d'une certaine manière leur quotidien... Nous découvrons une photo de Ying, nouvellement mariée, et de son époux lors de leur dernier passage a Beijing. Ils se sont rencontres a Paris mais sont tous deux chinois. - Vous ne le connaissiez pas avant le mariage?... Loin, elle n'avait pas le contrôle traditionnel auquel elle aurait peut être aspire sur le destin de sa fille. Cependant elle respecte ses choix et apprend a connaître son gendre.

La maman de Ying est réfléchie et réservée, elle inspire un profond respect, médite sur chacune de nos questions avant de nous répondre... Une soirée généreuse ou nous constatons tout de même une fois de plus que la frontière de la sphère intime ne se franchit pas aisément. La tête pleine de questions, nous prenons congé tardivement, la soirée est passée trop vite!

SSC_0800


Autres familles chinoises:
Deuxieme enfant, bon investissement? - Kashgar
Le mystere de la chinoise du 12eme... - Urumqi
Teenager, phenomene universel - Pingyao
Les filles du mur - Simataï

Sommaire

Posté par paristokyo à 14:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Calligraphes au fil des generations - Beijing, Chine

Nouveau commentaire