06 juillet 2007

Le mystere de la chinoise du 12eme... - Urumqi, Chine

SSC_0465Notre hôtesse a Urumqi a un rendez-vous important: depuis plus d'un an qu'elle habite cette résidence, c'est sa première invitation chez une chinoise (han, précisons). C'est le lot de nombre d'expatriés que nous rencontrons. Difficile de briser la glace imperméable que les chinois emploient pour protéger leur intimité.

Cette chinoise en question, c'est sa voisine du 12ème étage. Chassés-croisés dans les ascenseurs et dans le hall de la résidences, combien de "il faudrait qu'un de ces quatre nous déjeunions ensemble" avant que notre hôtesse se rende bien compte que si elle ne bouscule pas les conventions, cette invitation restera a jamais une simple formule de politesse!

De but en blanc, elle s'invite chez la voisine, décidée a percer le mystère de cette inconnue. L'intrigue laisse une large place a l'imagination : on l'a vue au bar des expats, en grande pompe, accompagnée d'un homme étranger. Son appartement est le seul a occuper tout le dernier étage de l'immeuble... Duplex? Avec piscine sur le toit? Son allure et sa classe laissent envisager un niveau de vie au dessus de celui d'une chinoise moyenne, et pourtant elle vit seule avec son fils de 4 ans, sa soeur lui rendant parfois visite...D'où vient son argent? Est-elle une de ces "sweet hearts" dont on nous  a parle?

Nous sommes invitées a nous joindre au festin. Solennellement, nous montons dans l'ascenseur qui nous mènera du 7ème au 12ème étage....

Mais c'est une femme ébouriffée en tablier, les mains pleines de farce de Bao-je (dumpling) qui nous ouvre la porte. Elle nous fait signe de nous asseoir près de la table basse mais nous nous rendons vite compte que c'est de l'autre cote de la cuisine que ça se passe. Une autre jeune femme prépare la pâte, elles se sont organisées: l'une prépare les mini-crepes et l'autre les fourre. Nous nous sentons bêtes a l'autre bout du salon "- on peut aider?"SSC_0469SSC_0461SSC_0468

Bientôt toutes autour de la table de la cuisine, très ensoleillée, nous commençons a papoter... Rien n'est prêt et tant mieux! Cette convivialité et simplicité sont loin de ce a quoi nous nous attendions de l'inconnue du 12ème.. " C'est une amie?" Demande-t-on a propos de la deuxième femme."Oui, c'est ma soeur", mais la vraie soeur entre alors avec fracas, trois enfants dans les pattes, et la confusion s'instaure... "Pas ma soeur, une très bonne amie" Aaaah...

SSC_0494Aussitôt, la vraie soeur, relookee de fond en comble, ressort en laissant ses deux enfants et le fils de l'inconnue du 12ème vaquer a leurs jeux. Celui-ci vient dans les bras de sa maman et nous regarde discuter avec des grands yeux ébahis : A elles-deux, nous arrivons a communiquer facilement. Leur anglais s'additionne aux les rudiments de chinois de notre hôtesse, nous nous frayons un chemin dans une discussion de filles : cuisine, tourisme... et amours!

Au fil de la préparation et de la dégustation de ce délicieux déjeuner, nous faisons plus ample connaissance avec cette femme. Femme d'affaires, elle travaillait a Hong Kong. Cultivée, elle semble avoir énormément voyage au sein de la Chine. Une rupture brutale avec son mari l'a mene a quitter Hong Kong quelques mois seulement après la naissance de leur fils. Nous osons la question "...et tu as un nouvel ami?" - Non - personne, depuis trois ans. Personne depuis son divorce. "Mais l'enfant voit son père?" - Non!... (Pas de poursuite dans ce sens la!)

SSC_0472Elle esquisse un sourire, peut-être demain trouvera-t-elle quelqu'un? Elle se sent de nouveau prête a redémarrer une histoire. Sa copine acquiesce de la tête énergiquement - Yes! Yes! On sent le soutien moral!

Nous sommes bien loin de ce que nous avions imagine, loin de la sweet heart entretenue... Cette femme se reconstruit dans un cocon réconfortant : ses parents vivent a l'étage, sa soeur squatte régulièrement, le réseau familial de l'entraide se resserre après des temps difficiles, avant un renouveau...

Le dernier bao-je disparaît goulûment, nous avons tout mange! Elles n'ont fait que picorer. Les adieux sont chaleureux, la mayonnaise a pris. Notre hôtesse a Urumqui peut se vanter d'une nouvelle copine... chinoise!

SSC_0477


Autres familles chinoises :
Deuxieme enfant, bon investissement? - Kashgar
Teenager, phenomene universel - Pingyao
Calligraphes au fil des generations - Beijing
Les filles du mur - Simatai

Sommaire

Posté par paristokyo à 08:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le mystere de la chinoise du 12eme... - Urumqi, Chine

Nouveau commentaire