04 juillet 2007

Deuxieme enfant, bon investissement? - Kashgar, Chine

SSC_2627Kong est un homme fier. Il a deux enfants, deux fils. Le 1er, 5 ans, est ne et enregistre a Urumqi, le deuxième, 2 ans, a Kashgar. C'est plus simple ainsi. Avec la politique de l'enfant unique on peut toujours avoir plusieurs enfants, mais il faut payer, et s'arranger... D'où les deux villes d'enregistrement, le cadet et sa mère a Kashgar, l'aine et son père a Urumqi, et nous soupçonnons Kong d'avoir déménage pour cela aussi. "Au début" nous explique il, "nous habitions a Urumqi, mais a cause de mon entreprise (agence de voyage pour alpinistes étrangers) je passais de plus en plus de temps a Kashgar, j'ai donc acheté cet appartement et nous y sommes 6 mois par an". Mythe, réalité? L'organisation est donc faite pour l'arrivée du deuxième enfant, arrivée surprise nous dit Kong. "Ma femme m'a appelé pour me dire qu'elle était enceinte.

"- Qu'est ce qu'on fait?
- On le garde!"

Nous aimons beaucoup les enfants. Nos deux fils sont notre grande richesse. Le prix a payer est lourd, maisSSC_0493 nous sortons gagnants. En plus, notre deuxième fils est très intelligent, très vif. Nous sommes très fiers." Kong et Yuan sont chanceux, ils ont deux fils. Certains de leurs amis ont payé, mais ont eu deux filles. " La fille en Chine n'est pas considérée comme de la famille, étant donné qu'elle partira un jour dans sa belle-famille... Mais nos amis aiment beaucoup leurs deux filles."

Dans ce contexte, quelle part laisse-t-on aux avortements? Il est interdit de connaître le sexe de l'enfant, du moins pas avant le 8ème mois au moins, moment ou l'on peut si l'on a des contacts bien placés avoir la réponse a la question si souvent posée. Selon Kong, les grossesses sont ultra planifiées, parfois aussi bien par le couple que par l'entreprise. Un de ses amies par exemple est tombée enceinte, mais son entreprise lui a demandé d'avorter sous peine de licenciement, évoquant une obscure règle interne selon laquelle une femme ne peut être enceinte avant 24 ans...

SSC_2629De même pour une deuxième grossesse, au Xinjiang, pour les Hans, si la femme tombe enceinte et que le couple n'a pas paye, elle est licenciée, et il est difficile ensuite de retrouver du travail...
L'enfant s'il naît ne sera pas enregistré et ne pourra donc pas aller a l'école, ni travailler...

Quelles sont les conséquences d'une telle politique? Au niveau démographique, les chiffres sont encore trop neufs pour être analysés, mais au niveau  psychologique, nous avons rencontré plusieurs chinois qui remettaient en cause l'éducation dispensée aux enfants uniques, toute l'attention étant reportée sur eux. Le niveau de vie familial est meilleur, l'enfant est donc gâté, pourri, incapable de se débrouiller... La cellule familiale se referme sur ces enfants, centre du monde, richesse, investissement. Avoir un fils est plus rentable...

SSC_0701


Autres familles chinoises :
Le mystere de la chinoise du 12eme... - Urumqi
Teenager, phenomene universel - Pingyao
Calligraphes au fil des generations - Beijing
Les filles du mur - Simatai

Sommaire

Posté par paristokyo à 09:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Deuxieme enfant, bon investissement? - Kashgar, Chine

Nouveau commentaire