25 juin 2007

Les gens des montagnes - Khargush, Tadjikistan

SSC_1933

Ils marchent. Ici pas de voitures, ni de transports en commun. Quand nous passons en van au poste de contrôle, ils sont trop heureux de pouvoir partager notre route. 7 jours qu'ils marchent, dormant sur le bas-côté, emmitouflés dans leurs vestes trouées, sans sacs et en sandales, et ils comptent encore au minimum 3 jours pour parcourir les 100 km restants. La marche dans cet univers désole mais si beau, montagnes caillouteuses a 4500 m d'altitude, paysage lunaire brûlé par le soleil, ou rien ne pousse... Les troupeaux y sont pourtant en pâturage, il y étaient d'ailleurs, ces 6 jeunes et moins jeunes que nous croisons sur la route, ils rentrent maintenant chez eux. " Mais pourquoi ils marchent? - Pour aller quelque part!"

Nous cherchions a aller jusqu'à la prochaine ville, Langar, et nous nous enquérions donc d'une voiture a la fin du bazaar d'Ishkashim. Nous y avions rencontre Rahmabeck, qui va plus loin avec sa Toyota, dans un petit village nomm Khargush, a 300 km de la, a 4500 m d'altitude, pour le travail, nous dit il. Il nous propose de nous emmener, de passer un ou deux jours la bas avant de repartir en s'arrêtant dans les villages que nous voulions traverser. Conciliabule cousinal... C'est ok.   

La Toyota est en fait un minibus, Rahmatbeck n'est pas seul comme nous l'avions imaginé mais armé de 3 compères, son "frère" et les deux frères, Alik et Said. Leur travail? Ils sont policiers, braconniers a leurs heures perdues, et partent chasser le Marco Polo, ce fameux mouton sauvage aux cornes recourbées qui gambade la haut dans les montagnes, la ou les cimes touchent le ciel. La voiture est aussi pleine de ces gens qui attendaient un moyen de rentrer chez eux... Les voitures sont rares et l'essence est chère, très chère.

Nous passons donc 4 jours avec eux, 4 jours intenses en découvertes, en rencontres, au bord de la frontière afghane. Communauté d'amis, famille ( ils s'appellent tous "frères") ou la hiérarchie est établie mais subtile, il nous faudra 4 jours entiers pour le découvrir. C'est sur cette route, la ou le mot route n'a plus vraiment de sens, car plus vraiment d'utilité - en 4 jours nous rencontrerons 8 personnes et 1 voiture - que nous passons ces jours. Le temps s'écoule, a l'infini, nous sommes réglés par le jour et la nuit, cette amitié si forte qui grandit, les visites a ces familles qui nous nourrissent de lait, crème et yaourt produits par leurs troupeaux des montagnes.

Vie ascétique, transhumance. Dénuement le plus total. Nous avions de rares photos, volées lors d'instants privilégies, elles ont disparues dans le néant informatique lorsque notre disque dur a rendu l'âme, pied de nez a notre suréquipement parmi ces gens qui vivent de rien...

SSC_1924


Autres familles tadjikes :
Murodkhon, Mariage a l'aveuglette - Khojand
Chez Alif, Famille? - Tavildara
Kara-Suu, silence - Montagnes Pamiries

Posté par paristokyo à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les gens des montagnes - Khargush, Tadjikistan

Nouveau commentaire